Le rôle des oméga-3 face au stress — Popeye's Suppléments
Se rendre au contenu
Le rôle des oméga-3 face au stress || Omega-3 in stress management

Le rôle des oméga-3 face au stress

 Maille_Devlin

Par : Dr Maille Devlin, docteure en naturopathie

C’est sans surprise que l’année 2020 a augmenté les niveaux de stress et d’anxiété de la plupart des gens. En fait, l’American Psychology Association a créé une analyse mensuelle des niveaux de stress des Américains en fonction de la pandémie reliée à la COVID-19 et les chiffres démontrent que près de 7 Américains sur 10 déclarent que la réponse du gouvernement à la pandémie a augmenté leur niveau de stress, le même pourcentage (70 %) admettant que l'économie est une source importante de stress.1 Les parents sont également soumis à un stress accru, l'éducation à distance et l'apprentissage en ligne entraînant une augmentation du niveau de stress chez un parent sur sept.1 
La peur et l'anxiété liées à la COVID-19 et à ce qui pourrait arriver peuvent être accablantes et provoquer de fortes émotions chez les adultes et les enfants. De plus, les actions de la santé publique, telles que la distanciation sociale, peuvent faire en sorte que les gens se sentent isolés et solitaires, ce qui peut augmenter le stress et l'anxiété. On peut donc dire que tout le monde est stressé. Mais qu'est-ce que cela signifie pour notre santé? 

Aperçu de la réponse au stress

La réponse au stress débute dans le cerveau dans la région surnommée amygdale, qui est responsable du traitement des émotions. Lorsqu’un danger ou stress est perçu, l’amygdale fait parvenir un signal à l’hypothalamus. L’hypotalamus agit comme un centre de contrôle et amorce la communication avec le reste du corps grâce au système nerveux autonome. Le système nerveux autonome s’occupe des fonctions telles que la respiration, la tension artérielle, le rythme cardiaque, la dilatation et la constriction des vaisseaux sanguins et des bronchioles dans les poumons. 

Les deux principaux acteurs du système nerveux autonome sont le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. Vous avez peut-être déjà entendu parler de la réaction de « combat ou de fuite », qui représente le système nerveux sympathique, alors que le système nerveux parasympathique est chargé des fonctions de repos et de digestion. 

Jusqu'à présent, l'amygdale a envoyé le signal de stress à l'hypothalamus, qui a activé notre système nerveux sympathique et la réponse d’activation. Maintenant, grâce à cette réponse du système nerveux sympathique, les glandes surrénales sont activées et commencent à libérer de l'épinéphrine (adrénaline). Cette réponse hormonale crée les changements physiologiques que nous ressentons dans une situation de stress. Le cœur bat plus vite que la normale, nous respirons plus vite et il y a des changements moins évidents, comme la dilatation des pupilles et une sensibilité accrue au son. 

Cette hausse de l'adrénaline déclenche la libération de sucre dans le sang (glucose) et de graisses à partir de sites de réserves temporaires dans le corps, ce qui les rend disponibles dans le sang pour être utilisés par notre corps (par exemple : pour fuir un ours dans la forêt).  

Cette réponse est toutefois de courte durée et, lorsque l'hormone adrénaline commence à diminuer dans le sang, notre organisme dispose d'une solution de secours. Cette solution de secours s'appelle l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. L'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien représente l'hypothalamus, l'hypophyse et les glandes surrénales. Si la réponse au stress est toujours présente après la fin de la réponse à l'adrénaline, une hormone appelée corticotropine est libérée par l'hypothalamus. Cette hormone active l'hypophyse dans le cerveau, qui libère ensuite l’hormone adrénocorticotrope. Cette hormone se rend jusqu'aux glandes surrénales, qui se trouvent juste au-dessus des reins. Lorsque l’hormone adrénocorticotrope atteint les glandes surrénales, elle signale la libération d'une hormone appelée cortisol. 

Image stress

Image : tirée de A Tilted Axis : Maladaptive Inflammation and HPA Axis Dysfunction Contribute to Consequences of TBI, 2019.5 

Vous avez possiblement déjà entendu parler du cortisol. Il s'agit d'un type d'hormone stéroïdienne qui continue à rendre les acides gras et le glucose disponibles dans la circulation sanguine pour le système nerveux en prévenant leur absorption dans les cellules ainsi qu'en les libérant des réserves. Le cortisol est anti-inflammatoire (pensez aux crèmes à base de cortisol stéroïde données pour traiter certaines maladies ou infections de la peau). 

La stimulation chronique de ce système relié au stress a de graves répercussions sur notre santé.

L'activation constante de la première voie, qui provoque des pics d'adrénaline, peut endommager les vaisseaux sanguins, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires et d'AVC. De plus, les actions métaboliques du cortisol conduisent, avec le temps, à une hausse de la glycémie, ce qui augmente le risque de diabète, de prise de poids et de dégradation des muscles par un processus appelé protéolyse. 

Des taux de cortisol chroniquement élevés diminuent l'efficacité du cortisol à réguler la réponse inflammatoire et immunitaire en réduisant la sensibilité des tissus au cortisol. Cela entraîne une inflammation et une diminution de la capacité immunitaire.2   

Pendant que cette réponse du système nerveux sympathique se produit dans le corps, le sang est retiré des processus non essentiels tels que la digestion, le processus mental de niveau élevé et la reproduction. Cette réponse s'est avérée très utile au cours de l'évolution, alors que disons que vous entriez en contact avec un tigre, votre corps était alerte et actif et les réserves de nutriments facilement disponibles. Cependant, lorsque vous pensez à la pandémie de COVID-19, à une échéance d’un projet au travail ou à l'éducation virtuelle de votre enfant, ces processus physiologiques sont tout sauf utiles! 

Alors, comment les oméga-3 peuvent-ils améliorer cette réponse? 

Stress élevé, niveau d’oméga-3 faible.

Les personnes hautement stressées présentent souvent une augmentation des marqueurs inflammatoires, du cortisol et de la fréquence cardiaque. Dans une étude portant sur ces trois facteurs, les auteurs ont constaté que les acides gras oméga-3 présentaient une corrélation négative significative avec ces trois mesures.3 Ils ont conclu que le fait d'avoir « divers indicateurs de dérèglement des systèmes reliés au stress était significativement associé à des taux plasmatiques plus faibles d’acides gras polyinsaturés n-3 et de DHA ». Ils ont ensuite déclaré que « si de faibles niveaux [d'acides gras oméga] sont la cause d'un dérèglement des systèmes reliés au stress, une supplémentation pourrait alors réduire le stress biologique et améliorer ainsi la santé somatique et mentale ».3 

Les oméga-3 peuvent réduire les niveaux de cortisol, les cytokines pro-inflammatoires et les niveaux de stress.

Dans une autre étude portant sur les niveaux de stress et d'anxiété, des étudiants en médecine ont fourni des échantillons de sang pendant des périodes de faible stress ainsi que durant les jours précédant un examen. Les étudiants ont reçu soit 2,5 g par jour d'acides gras oméga-3 (2085 mg d'acide eicosapentaénoïque et 348 mg d'acide docosahexanoïque), soit des capsules placebo. 4 

Les étudiants ayant reçu les oméga-3 ont montré une diminution de 14 % de la production d'interleukine 6 (un type de cytokine inflammatoire) stimulée par le lipopolysaccharide et une réduction de 20 % des symptômes d'anxiété. Les auteurs ont conclu que « la supplémentation en acides gras oméga-3 peut réduire l'inflammation et l'anxiété, même chez les jeunes adultes en bonne santé. » 4 

Ainsi, même si nous ne sommes pas en mesure de contrôler l'environnement qui nous entoure ou ce qui se passe à l'échelle mondiale, nous pouvons possiblement atténuer la réponse de notre corps aux niveaux de stress élevés qui s'accumulent collectivement en 2020. La supplémentation en acides gras oméga-3 est un autre outil à ajouter à un mode de vie équilibré, sain et actif pour lutter contre les conséquences négatives sur la santé d'un environnement très stressant. 

Sources

  1. https://www.apa.org/news/press/releases/stress/2020/report
  2. Segerstrom SC, Miller GE. Psychological stress and the human immune system: a meta-analytic study of 30 years of inquiry. Psychological bulletin. 2004 Jul;130(4):601.
  3. Thesing CS, Bot M, Milaneschi Y, Giltay EJ, Penninx BW. Omega-3 polyunsaturated fatty acid levels and dysregulations in biological stress systems. Psychoneuroendocrinology. 2018 Nov 1;97:206-15.
  4. Kiecolt-Glaser JK, Belury MA, Andridge R, Malarkey WB, Glaser R. Omega-3 supplementation lowers inflammation and anxiety in medical students: a randomized controlled trial. Brain, behavior, and immunity. 2011 Nov 1;25(8):1725-34.
  5. Tapp ZM, Godbout JP, Kokiko-Cochran ON. A tilted axis: maladaptive inflammation and HPA axis dysfunction contribute to consequences of TBI. Frontiers in neurology. 2019 Apr 24;10:345.
Article suivant Réduire le stress avec les oméga-3